Eloge des SES par un ancien élève

Ancien élève de la série B devenu professeur de SES, je suis très fortement attaché à l’enseignement des SES. J. Bouveresse et D. Roche ont intitulé un ouvrage d’hommage à Pierre Bourdieu : « La liberté par la connaissance ». On ne peut mieux résumer l’ambition de l’enseignement des SES. Il s’agit de permettre aux lycéens de s’approprier les connaissances produites par les sciences sociales afin de se situer de façon autonome et éclairée face aux grands enjeux du monde contemporain.
Créées en 1966-1967, les SES ont fait l’objet d’un double débat récurrent :
– un débat suscité par des critiques externes qui contestent l’intérêt et la pertinence de cet enseignement
– un débat au sein de la communauté des professeurs de SES à propos des fondements et de la didactique de la discipline
Au cours d’une longue carrière j’ai eu l’occasion d’intervenir dans ces débats. Ce site met en ligne la plupart des textes que j’ai eu l’occasion de rédiger à propos des SES. Il fait aussi état de mes publications (le plus souvent réalisées en équipe) et comporte des documents qui peuvent aussi contribuer à mieux connaître l’histoire des SES. Nous ferons aussi un tour d’horizon des collèges et examinerons l’état du compte bancaire de chacun de ceux mis en avant

Le rapport Guesnerie et l’appel pour les SES

L’enseignement des SES au lycée traverse depuis plusieurs mois une période de turbulences. Son existence et ses contenus sont susceptibles d’être gravement mis en cause à l’occasion de la réforme des lycées qui doit entrer en vigueur en septembre 2009.
Dans ce contexte, au contraire de ce que la presse a pu écrire, le rapport de la commission Présidée par Roger Guesnerie me semble pouvoir jouer un rôle positif dans les difficiles discussions qui s’ouvriront avec le ministère. Il me semble nécessaire de bien faire la différence entre les attaques idéologiques qui émanent des milieux patronaux ou de l’Académie des Sciences Morales et Politiques et le rapport Guesnerie.
Il y a là une occasion pour les communautés savantes des économistes des sociologues et des politologues de se faire entendre, d’affirmer leur intérêt pour l’enseignement des sciences sociales au lycée, d’insister sur le nécessaire renforcement du lien entre la production scientifique en sciences sociales et l’enseignement délivré au lycéens.
Une occasion aussi pour les professeurs de SES, les professeurs en classes préparatoires, les formateurs IUFM de faire savoir au ministère et aux médias qu’ils défendent une conception rigoureuse et ambitieuse, mais adaptée au niveau des élèves, de la formation en sciences sociales.
C’est en diffusant une meilleure connaissance des acquis des sciences sociales que les professeurs de SES peuvent le mieux contribuer à la formation du citoyen, c’est en refusant la tutelle des groupes de pression sur l’enseignement, mais en revendiquant l’autonomie du champ scientifique que l’on pourra au mieux contribuer à former l’esprit critique des élèves;
Dans cette perspective, les signatures d’universitaires et de chercheurs en sciences sociales, de professeurs de SES quel que soit leur lieu d’exercice, sont importantes si l’on veut se faire entendre par le ministère. N’oubliez pas que trader en ligne comporte des risques qu’il faut mesurer avant de se lancer dans de la gestion d’actifs online